DEBAT POLITIQUE DU 2 JUILLET 2018 : DES PREALABLES POUR BOYCOTTER ET NEGOCIER!

Abonnez-vous sur nos chaines sur Youtube!
Téléphone : 00 33 62 780 8565 / 00 46 73 891 2628
Facebook (groupe) : CleboaPointCom
Facebook (Page) : RdCongo Infos

Un commentaire

  • JULES JUNIOR BAMBELEKE NSONGA NZILA
    Reply

    Reçu du Grand Frère, Le Vieux Dr. Mukulumanya :
    Le zaïre-Monnaie aurait eu 50 ans ce 24 juin 2018.
    Souvenirs : « 1Z = 2US$, donc 1US$ équivalait à 50 makuta. »
    La voiture VW coutait 2000Z chez AZDA et mon frère en avait acheté une entre 1973 et 1974, donc le Z-Monnaie était encore très fort, plus 8 ans après sa mise en circulation.
    Les transferts, au niveau du foot, les plus chers étaient ceux des Ntumba Pouce et Kakoko (pour 1000Z) c’était d’ailleurs le maximum autorisable.
    La bourse octroyée pour des études en 1969 était de 10 Z et ponctuel par mois.
    Ce qu’on faisait avec cette somme d’argent : On achetait des bons de repas : Petit déjeuner 2K, Diner 7K, souper 5K, au total 14K par jour et pour 30 jours, cela faisait 4200K soit 4,20 Zaïres.) Payement chambre 500K. Syllabus et divers 300K par mois. Apres dépenses faites, il nous restait 5 Z, de quoi s’acheter un beau pantalon gabardine et aller guindailler.
    Les Club VIP, Bambou Breeze ou Sherado à Bukavu n’étaient fréquentées que par les « MVWANDU » et… les étudiants. Les « MVWANDU » savaient d’ailleurs, que ce n’était pas bon de se disputer les faveurs d’une fille, car leur argent parlait…
    À Kin, Souzanela « maison blanche » était l’un des lieux favoris des étudiants comme Minga Club à Limété. Pas de souci pour le retour aux homes, puisque l’Université garantissait le transport, voir jusqu’à 2 heures du matin.
    Combien fallait-il pour organiser les « boums ? » Expliquer cela aux jeunes hommes d’aujourd’hui, c’est une longue histoire. Car les Kabilistes et Katumbiste n’ont appris qu’à « VIOLER LES FILLES ET LES HOMMES » puisqu’ils sont tous des PD !
    Pour aller à la Perruche Bleue, au Manhattan ou à la FIKIN (aujourd’hui Wenze ya bitula) ?
    Je ne suis pas encore allé au Paradis Céleste (J’espère bien y aller un jour) mais sur terre, au Zaïre, y ressemblait tellement et il semble englouti à jamais.
    En 1974 la bourse avait augmenté de 10 Z à 35 Z et déjà on faisait moins bien qu’avant avec nos 10 Z, des années auparavant. Mais cela n’était pas si mal, que ça !
    Et, bien oui, avez-vous des souvenirs pour les 3 Z ?
    Transmettez et racontez aux jeunes, afin qu’ils sachent, que ce Pays n’était pas toujours comme cette galère de la Kabilie sauvage, où on tue, on bouffe les êtres humains par notion sanguinaire.
    Qu’ils sachent, que lorsqu’un étudiant descendait à la maison le weekend, ce n’était pas pour aller mendier de l’argent mais plutôt pour dépanner les siens et autres momies et nzukuls !
    Et la Macro Bourse ?
    Trois (3) mois de Bourse avant d’aller en vacances plus un billet de voyage aller-retour offert par le gouvernement de Mobutu, et, « VIVE LES VACANCES » na bwala na ba nkento!
    AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH La belle époque ewumwli te, hein ???
    Souvenir d’hier éveillés en moi par le message ci-dessus de mon ami de Bukavu…
    Oui, c’est vrai, Merci pour ce souvenir, mon cher André, de ce que fut la vie en RDC-République du NZADI ! Oui c’est vrai, nous avons vécu cela. Et même après notre enrôle-ment en juin 1971, au sein de l’armée Nationale Congolaise (ANC) suite à notre révolte es-tudiantine à l’université Lovanium, le gouvernement avait continué à nous laisser étudier et à nous nourrir gratuitement avec trois repas par jour et à nous payer régulièrement la solde militaire à la place de la bourse d’étude…
    Au Zaïre, on vivait mieux qu’en Angola ou ailleurs dans plusieurs pays africains.
    Mais il y a de fous, il n’en manquera jamais, qui ouvrent leurs sales gueules contre cette dic-tature-là en honorant la dictature sanguinaire des rwandais au Congo!
    Aujourd’hui tout le monde se confond en admiration de la croissance et progrès économiques, que Kagamé, un dictateur dégoutant, est en train de réaliser au Rwanda au prix du sang des innocents congolais !
    Et sans réfléchir, nos jeunes embrigadés dans des partis assombrîtes antinationalistes par des leaders politiques sans science ni conscience, voient dans la production de la première voiture VW par le Rwanda une performance formidable !
    Nous les appelons : « les bawuta zamba ! »
    Mawa trop ! Kozanga koyeba ezali LISUMA !
    Voilà les contradictions, que les médiocres leurs inculquent !
    Comment comprendre, en effet, que des congolais censés connaitre leur histoire, multiplient des messages et des vidéos à la gloire du Rwanda pour cela par exemple et continuent ce-pendant à soutenir bruyamment ceux qui sont au pouvoir aujourd’hui et qui sont pourtant responsables des destructions méchantes de tout ce que Mobutu avait conçu de mieux qu’eux pour nous et notre Patrie et qu’ils le qualifient de « dictateur sanguinaire ? »
    Pourquoi les proches du Vieux Tshikas Ya Jean, Tshisekedi Wa Murumba, Orenga Nkoyi (un voleur par décret) et les autres entre autres, ne disent-ils pas aux enfants de la génération présente, que ce sont eux, à l’occasion des leurs fameuses journées villes mortes, qui avaient commandité des pillages et des destructions des usines du Zaïre et que ce sont eux avec des pseudos congolais de l’AFDL et du RCD-Goma qui avaient démonté et déporté le reste des infrastructures du Congo au Rwanda ? Des usines entières, des pièces de rechange y compris des voitures de luxe et avions de guerre volés pour le Rwanda ?
    Cher ami André, rappelons-nous que, quand nous étions étudiants, les voitures VW et Mer-cedes étaient montées à Kinshasa par AZDA, depuis 1971, si je ne me trompe. Et juste après GENERAL MOTORS avait commencé à produire une gamme des voitures GM (Opel, Commodore, Opel Kadet, etc.) dans lesquelles nous avions roulé sur le site Nsélé, « OH pique-nique ya nselé, eh, na bwaka miso na rétroviseur… » Aujourd’hui marché de la Liberté kabiliste.
    Ainsi comme à la sortie de nos études, je percevais 800 à 1000 Z par mois dans la société où j’ai été employé au Shaba comme Agent Cadre, puis comme conseiller à Kinshasa, je pou-vais me taper une voiture par mois ou tous les deux mois…

    En 1977, lorsque le Professeur Mpinga Kasenda était devenu Premier Ministre et moi à ses côtés comme collaborateur direct, le Professeur Mulumba Lukoji Ministre du Plan et l’ancien Gouverneur du Haut Zaïre et du Katanga, Assumani Busanya Lukili, le tout premier Ministre du Développement rural, j’ai vu fleurir à Kinshasa-Kingabwa des Usines de montage des véhicules utilitaires et des équipements agro-alimentaires : « pelles mécaniques, Caterpillar, Camions, Camionnettes, Jeeps, etc. sous les dénominations de marques de renoms : « IN-ZAL, FIAT, GM, LAND-ROVER, etc. que le gouvernement distribuait aux entités territoriales pour le développement agricole et la réfection des routes locales.
    Mon cher André, quand je vois la dégradation actuelle et la quasi-inexistence de toutes les infrastructures réalisées sous la deuxième République et quand, en outre, je vois aujourd’hui les meurtres, les assassinats ainsi que les génocides impunis de nos parents et de nos en-fants, je me pose la questions de savoir, pourquoi accuse-t-on ce qui avait bien fonctionné de dictature et qualifie-t-on ce qui ne marche pas du tout, de modernité et de démocratie ?
    Kokamwa !
    Le monde à l’envers !
    Le vieux Dr. Mukulumanya !

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>